#47 – Christophe Balestra : Commence par un truc simple

Écouter sur Apple/iTunes

Christophe Balestra a été coprésident de Naughty Dog pendant une dizaine d’années, jusqu’à son départ en 2017.

Entre 2007 et 2017, Naughty Dog a sorti une série de jeux cultes (Uncharted, The Last Of Us) vendus à des dizaines de millions d’exemplaires et qui ont établi le studio comme la référence des années 2010.

Je voulais savoir comment on crée un classique. Je lui ai demandé pourquoi leurs jeux étaient meilleurs, comment ils prenaient leurs décisions :

« On se demande toujours : est-ce que ça améliore le jeu ? »

Tous les détails sont importants quand on veut sortir un chef d’oeuvre. Rien n’est insignifiant. La différence entre un projet qu’on oublie et un classique, c’est le degré d’attention qui a été portée à chaque détail.

C’est la raison pour laquelle j’écris sur un Macbook et non sur un autre ordinateur.

C’est la raison pour laquelle The Last of Us est le dernier jeu vidéo que j’aie bingé.

Et c’est le référentiel que je veux avoir en tête quand je fais Nouvelle École ou les autres projets. Quand j’ai la flemme, j’essaie de me rappeler que rien n’est insignifiant, que tout est important, que c’est comme ça qu’on finit par produire des choses qui comptent.

En anglais, ils disent « how you do anything is how you do everything ».

Se retrouver dans l’épisode :

– 05:00 Être dans le moment présent : ses débuts dans la programmation
– 11:00 Comment trouver sa place dans le monde
– 22:00 Entreprendre ou rejoindre une entreprise existante ? Ses débuts chez Naughty Dog
– 42:00 Comment sortir des jeux cultes : la philosophie de Naughty Dog
– 52:00 Sa vie après Naughty Dog, les questions de la fin

Références : 

Livres :

  • Bird By Bird, le livre d’écriture dont je parle (La quantité s’occupe de la qualité)
  • The 80/20 Principle (pourquoi 20% du travail crée 80% du résultat)
  • Naughty Dog dont on mentionne les jeux cultes Uncharted, The Last Of Us, Crash Bandicoot, Jak & Daxter
  • Limbo, le jeu en noir et blanc dont parle Christophe
  • Christophe sur Twitter et Instagram
  • Obstri, son projet autour du triathlon
#49 - Jean-Daniel Guyot : Ne pas réinventer la roue
#47 - Mathilde Lacombe : On attire ce qu'on dégage