#49 – Jean-Daniel Guyot : Ne pas réinventer la roue


Écouter sur Apple/iTunes

Jean-Daniel Guyot est le fondateur de Capitaine Train. En huit ans, lui et ses associés ont construit le meilleur service de vente de billets de train en ligne. En 2017, ils ont été acquis par leur principal concurrent : Trainline.

« Les gens me disent qu’ils aimeraient se lancer mais n’ont pas d’idée. Je leur dis : « Fais une boulangerie ». »

C’est un conseil que j’aurais aimé entendre. Je cherchais toujours des idées qui n’existaient pas. Pendant mes études, je remplissais des Lean Canva pour créer un service de suggestions de cadeaux de Noël. J’aurais mieux fait de monter un stand de limonade sur le campus. Tout le monde aime la limonade.

Chez Capitaine Train (puis Captain Train), ils n’ont pas réinventé la roue. Ils ont fait la même chose que Voyages SNCF – vendre des billets de train – en mieux.

Il y a une citation de Jeff Bezos dans laquelle il conseille aux entrepreneurs de se focaliser sur ce qui ne change pas. Les gens auront toujours besoin d’acheter du pain, d’utiliser les transports et je serai toujours en quête d’un bon coiffeur.

C’est peut-être moins ambitieux. Je ne sais pas. Jeff Bezos a créé Amazon, et Captain Train s’est vendu pour 200 millions d’Euros. Ces entreprises sont-elles des startups ? Est-ce vraiment important ?

[bctt tweet= »« Je n’ai jamais créé de startup. J’ai toujours créé des entreprises ». Jean-Daniel Guyot » username= »_nouvelleeecole »]

J’essaie de penser comme ça désormais. Ça m’aide à mesurer la distance qui me sépare de l’arrivée, à prendre en compte la quantité de travail requise et à ne plus fantasmer sur des succès éclairs. De toute façon, personne ne sait où est cette ligne d’arrivée ni comment la passer. Et personne ne nous donnera de note sur 20 à la fin.

Je voulais savoir ce que ça fait de devenir millionnaire du jour au lendemain, mais j’étais gêné de poser cette question. J’ai pris cette gène comme le signe qu’il fallait demander.

Quand j’étais ado, j’avais beaucoup de rêves de richesse foudroyante, de m’échapper en jet privé de mon village de Savoie et de poser mes fesses sur une plage pour jouer de la musique. Plus le temps passe, moins j’ai envie de ça. Comme Jean-Daniel Guyot, je veux surtout continuer à faire ce que j’aime. Si je gagnais au Loto aujourd’hui, je tomberais en dépression. Je n’ai pas encore construit mon Captain Train. J’aurais l’impression d’être déposé à la ligne d’arrivée sans avoir eu besoin de courir. Mais je ne sais pas encore apprécier l’arrivée. Alors je cours.

(Bonne année à tous. En 2018 on casse tout.)

Se retrouver dans l’épisode :

  • 01:00 : Présentations
  • 04:00 Rétablir l’égalité des chances en France
  • 11:30 Innover dans l’éducation : une tâche difficile
  • 27:20 Conseils entrepreneuriaux : ne pas réinventer la roue
  • 37:00 Ce qui le motive après avoir vendu Captain Train
  • 46:00 « Fais une boulangerie ! » Il n’y a pas de mauvaises idées
  • 57:00 Ce que devenir riche a changé a sa vie
  • 1:00:00 Les questions de la fin

Références : 

Livres :

#50 - Solange te parle : Ça paye d'être généreux
#47 - Christophe Balestra : Commence par un truc simple
2 réponses
  1. Aurélien
    Aurélien dit :

    Un épisode passionnant !
    Un monsieur ayant réussi et qui pourtant n’est pas hautain. C’est rare ! Des conseils intéressants et une interview bien menée. Bravo !

    • antoarcher
      antoarcher dit :

      Merci Aurélien ! Je te conseille Jean-Charles Samuelian dans un style un peu similaire.

Les commentaires sont fermés.