Articles

EP 18 – Loic Le Meur : Made In California

 

 

Il y a quelques années, je n’aurais pas écrit à Loic Le Meur.

Je me serais dit : « Il s’en fout de ton podcast ».

L’autocensure.

Voilà comment j’ai tué dans l’oeuf des dizaines de projets, viables ou non. Je ne saurai jamais.

J’ai grandi dans un village de 600 habitants. Il n’y avait pas de Loic Le Meur là bas. Il y avait la télé, à travers laquelle je voyais des choses qui ne me concerneraient jamais : le festival de Cannes, Paris, le business.

L’environnement façonne les perspectives. Je me suis laissé limiter, convaincre que je ne pourrais pas faire telle chose ou rencontrer telle personne.

Depuis, je lutte quotidiennement contre l’autocensure et le syndrome de l’imposteur. Avant de commencer quelque chose, je ne m’en crois pas capable. Une fois le projet démarré, je ne me sens plus légitime.

Comme avant de discuter une heure avec Loic Le Meur. J’ai envie de me mettre en boule dans un coin de mon appartement. J’ai trop peur de passer pour un idiot.

Alors, quand il explique qu’il pense n’avoir « rien fait de significatif » dans sa vie, j’écoute. Ca m’intrigue.

J’aurais aimé faire le quart de ce qu’il a fait.

Je me demande si lui aussi doit combattre l’autocensure, le syndrome de l’imposteur.

Deux histoires incomparables et pourtant, je me retrouve dans ses paroles.

Moi, j’ai peur de démarrer car je n’ai rien prouvé.

Lui me dit que « la peur de passer pour un con, tu l’as encore plus à 44 ans. »

Il me raconte sa première boite, montée à 23 ans et qui employait une cinquantaine de personnes. Je l’écoute et je me demande ce que je fais de ma vie.

Mais quand Elon Musk prend la parole à TED et parle des fusées qu’il veut envoyer sur Mars, il a une réaction similaire : « Je me demande ce que je fais de ma vie ».

Peut être qu’on fait tous face aux mêmes peurs finalement. Alors, que faire ?

J’essaie de m’inspirer de sa méthode pour avancer.

  1. Produire. Puisque rien ne fera disparaitre la peur de démarrer, autant se lancer. Lui écrit, lance des projets, organise des conférences, fait des Facebook live. Il n’attend pas que quelque chose soit parfait pour le lancer.
  2. Montrer son travail, partager ce qu’on fait. Lui a pratiqué cette transparence tout au long de sa carrière, jusqu’à monter son dernier projet, Leade.rs, à travers sa newsletter. Une manière de rester au contact de la réalité et un incroyable vecteur d’opportunités. C’est en bloggant que Loic est devenu le premier investisseur dans Linkedin, une dizaine d’années plus tôt.
  3. Aller plus loin. Faire de chaque succès une rampe de lancement vers le prochain essai et conquérir ses peurs, une à une. Loic aurait pu s’arrêter après Le Web, ou lorsque Linkedin s’est vendue pour 26,2 Milliards de dollars. Et pourtant, à 44 ans, il lance son projet le plus ambitieux.

Il faut s’inspirer de cet enthousiasme.

Nouvelle Ecole, c’est ma thérapie contre mes croyances limitantes.

Il y a quelques années, je n’aurais pas écrit à Loic Le Meur.

Je progresse !

Antonin

Notes et références :

Les gens :

Pour le fun :

Et si vous voulez vous former à l’art du « networking », deux bouquins qui m’ont beaucoup aidé :

 

Si vous avez aimé :

Vous aimerez également l’interview de Jean de La Rochebrochard

Pensez à vous abonner sur iTunes

Et le mieux du mieux serait de laisser un avis sur iTunes, avec tout l’amour que vous portez à Nouvelle École !