Articles

EP 40 – Charlotte Pudlowski : Comment un podcast peut changer votre vie

« J’avais l’impression de prendre trop de place. »

Le collège, c’était compliqué.

Il fallait faire semblant. Tout le monde voulait être dans la norme mais personne ne savait la définir. On courait tous derrière un concept vague, en mouvement, pour ne pas se faire remarquer.

On portait des masques. Personne n’avait peur, personne n’était amoureux et personne n’avait de problèmes. Personne non plus n’était sûr d’avoir des amis. On pouvait être trahi à tout moment pour une bonne blague. J’excellais dans l’art de faire rire des gens aux dépens d’autres.

Faire partie des losers, c’était la mort. Ils étaient seuls car hors de la norme. On avait le droit, presque le devoir, de se moquer d’eux. Un peu tous les jours. Assez pour les endommager à tout jamais.

J’aurais fait n’importe quoi pour être accepté alors j’ai joué mon rôle. J’ai ri quand on se moquait des autres et retenu mes larmes quand c’était pour moi. C’était le jeu.

Je suis soulagé d’avoir grandi.

Je ne connais personne qui soit sorti indemne de l’adolescence. Tout le monde panse ses plaies.

Le problème est que les masques ne disparaissent pas après le collège. On continue à prétendre que tout va bien et on peut passer sa vie comme ça. Je m’en suis rendu compte quand je passais mes journées à sourire et mes nuits à pleurer.

J’essaie de ne plus faire semblant.

Je ne veux plus participer à l’avertissement collectif envers ceux qui ne se sentent pas dans la norme : « vous n’êtes pas bien, vous devez changer ». J’aimerais envoyer le signal contraire.

Je n’arrive pas toujours à dire la vérité. Il y a des choses que j’ai peur de révéler, le collégien n’est pas si loin.

Mais il y a une différence : je peux choisir ce que je fais, ce que je dis et avec qui je passe mon temps. Un luxe auquel les adolescents n’ont pas accès. Je peux choisir d’inviter ceux qui montrent les choses comme elles sont : sans filtre Instagram.

Ils contribuent à rétablir le bon signal : la norme, c’est les plaies.

SE RETROUVER DANS L’EPISODE :

  • 01:00 Sa volonté de comprendre le monde, sa carrière de journaliste
  • 19:00 Son complexe de légitimité, le fait d’être une femme
  • 33:00 Le féminisme comme un soulagement
  • 40:00 Son départ de Slate.fr, son changement de vie
  • 46:00 Transfert, moi qui m’emballe et son entrée dans l’entrepreneuriat
  • 
1:05:00 Les questions de la fin

Références :

Si vous avez aimé :

J’ai aussi commencé un Tipeee, où vous pouvez me soutenir financièrement si le coeur vous en dit. Après on organise des soirées avec les tipeurs, la prochaine aura lieu fin Octobre ❤️