#50 – Solange te parle : Ça paye d’être généreux

Écouter sur Apple/iTunes

Solange (de son vrai nom Ina Mihalache) est une comédienne québécoise installée en France. Depuis 6 ans, elle parle sur Youtube. 180 vidéos, 40 millions de vues, 2 livres et 1 un long métrage plus tard, elle vient parler sur Nouvelle École. Voici pourquoi je voulais absolument l’inviter :

1. Elle est drôle

J’ai lu qu’un enfant rit en moyenne 400 fois par jour. Un adulte, 15 fois.

Quand j’étais petit, je me bidonnais devant Ace Ventura et au moindre gros mot. Aujourd’hui, je sais souvent comment les sketchs vont finir. Je suis de moins en moins surpris.

Adrien Ménielle dit que c’est la surprise qui fait rire. Quand je regarde les vidéos de Solange (qui ne sont même pas des vidéos humoristiques),  je ne sais jamais ce qu’il va se passer. Je suis surpris, alors je ris.

(Aparté : Adrien Ménielle est l’homme le plus drôle d’Instagram, si vous ne le saviez pas encore.)

2. Elle est bienveillante

On me reproche d’être trop tendre avec les invités, de ne pas assez les gêner.

Mais il y a tout le reste d’internet pour ça. Les journalistes, Twitter, les commentaires Youtube…

Et il y a assez de négativité dans ma tête. Assez de mauvaises intentions que je combats. J’ai souvent envie de dire du mal des gens, je suis jaloux et il m’arrive de faire rire aux dépens des autres. Parce que c’est facile.

Mais la gentillesse et la bienveillance, c’est difficile. Ça demande du travail et j’ai une bonne marge de progression.

Je veux que Nouvelle École soit un îlot de bienveillance, d’autant que je ne suis pas aussi sympa dans la vraie vie. Le podcast m’oblige à faire des efforts. Je vous montre mon meilleur côté en espérant qu’il déteigne sur l’autre.

3. Elle produit en quantité

Petit résumé de ce que Solange a publié :

  • 180 vidéos vues 40 millions de fois
  • un long métrage (Solange et les vivants)
  • deux livres Solange te parle et Très intime

C’est ce qu’elle a publié. Elle a produit beaucoup plus.

Pour produire beaucoup, il faut se débarrasser du perfectionnisme. On ne peut pas faire 180 vidéos cultes. Mais on peut faire de son mieux à chaque fois et respecter la chance.

Faut y aller. Sur internet, ça paye d’être généreux.

La quantité d’abord et la qualité suivra. Enfin, j’espère.

4. Elle dit la vérité

« Je suis jalouse de Léa Seydoux. »
« Je suis une bobo ».
« Je me compare aux autres Youtubeurs ».
« Je suis narcissique ».

Solange dit la vérité. C’est rare et c’est pour ça que son travail résonne, qu’elle polarise. La vérité fonctionne.

Mais la vérité est encore plus difficile à dire qu’à entendre. Parfois, j’aide des gens à écrire des choses et ils me disent « Je veux que ça buzze ! ». Alors je leur dis « D’accord, quelles sont les choses que tu as peur de dire ? Commençons par là !».

Et ils me répondent « Non, je ne peux pas dire ça, c’est trop personnel. ».

Alors pas de buzz.

Tout a déjà été dit. La seule façon d’être original est d’essayer de dire la vérité. Je dis essayer, car c’est terrifiant et que je n’explore encore que 5% de la mienne. Mais j’ai toute la vie.

5. Elle se concentre sur le positif

Dans son long métrage « Solange et les vivants », une femme lui tient compagnie en lisant les journaux à voix haute. À un moment, elle s’arrête et demande à Solange : « Comment fais-tu pour te tenir informée si tu ne lis pas les journaux ? Si ça se trouve, la France a attaqué la Syrie ! »

Et Solange répond :

« Ça changerait quoi de le savoir ? On a juste peur. »

Avant, je lisais les informations tous les jours : Le Monde, le Wall Street Journal, The Economist, BFM TV. Je voulais être informé, il fallait être informé. Il y avait plein des gens qui criaient : « la guerre ! », « la bourse ! », « Obama ! ».

Et puis j’ai arrêté, pour essayer. Et je ne lis plus les informations. Après tout, qu’est-ce que j’y peux à la guerre en Syrie ?

Je veux me concentrer sur le positif. Il n’y a rien de positif dans les informations. Pour attirer l’attention, il faut faire peur, je n’invente rien. On ne lit jamais en première page « DEUX AMOUREUX RACONTENT LEUR PLUS BEAU SOUVENIR ».

Peut-être que j’achèterais ce journal.

Et les informations importantes arrivent quand même jusqu’à moi. Donald Trump a été élu, ça chauffe avec la Corée du Nord, les gens vivent moins bien qu’avant. Je laisse à mon grand père le soin de me raconter le monde quand on se voit. C’est toujours ça de partagé.

Au lieu de lire les informations, je me lève et je lis un livre. Ensuite, je regarde des vidéos de Solange pour préparer l’interview. On discute, puis je sors acheter un croissant et je vais marcher dans le parc en regardant les gens. J’amène ma soeur à la gare et je lui dis que je l’aime.

Dire je t’aime, c’est plus important que les informations. Je suis d’accord avec Solange là dessus.

Se retrouver dans l’épisode :

  • 02:00 « J’ai pas une tête que tout le monde aime. » Comment se protéger.
  • 11:00 « Tu perds de ta libido ». Comment trouver la satisfaction, comment évaluer son travail.
  • 17:00 « Apporter du réconfort » Pourquoi elle fait Solange, comment vivre quand on est Youtubeuse
  • 33:00 « Y’a pas mal d’humilité hypocrite ». Se connaitre, découvrir ses masques, accepter son narcissisme
  • 48:00 « Faut balancer ! » Comment elle crée, travailler le muscle de sa créativité

Références : 

Solange :

Le reste :

Des idées pour aider Solange à gagner sa vie sur internet ? Laissez les dans les commentaires !

 

#51 - Michel Lévy-Provençal : Comment trouver du sens
#49 - Jean-Daniel Guyot : Ne pas réinventer la roue
3 réponses
    • Florian
      Florian dit :

      C’est un fait mais libre à lui de faire une chronique qui lui ressemble. Devrait-il faire une interview type Journaliste – Invité ? Peut-être, mais pourquoi pas avoir une chronique d’égal à égal ? Nous ne somme pas habituer à ce genre de format mais moi j’adhère totalement.

Les commentaires sont fermés.